Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 09:59
Le 8ème tournoi d'hiver de Shiwol

Ce samedi 6 février avait lieu le 8ème tournoi d’hiver de Shiwol. Avec la section Soo bahk do du centre Jemmapes, celle du centre Verdier, et les jeune élèves de Shiwol do-jang : Trois espaces d’entraînement, 3 instructeurs, Agnès Torresi, Lô Vannini et Elodie Mollet.

49 enfants et leurs parents s’étaient libérés pour cette édition, notre meilleure affluence depuis les débuts du tournoi en 2008. Une belle satisfaction. Nous avions pour la première fois déplacé la date de l’événement au mois de février plutôt que début décembre, une façon de préférer le calendrier lunaire et les rythmes qu’il marque, au calendrier grégorien qui nous fait faire la fête et les excès de table au moment où la durée des jours est la plus courte, au moment où la nécessité de réserver son énergie est évidente. Vive l’année du singe de feu ! Où il faudra faire très attention de ne pas se laisser embarquer par l’élément feu devenu incontrôlable.

C’est avec ce genre d’exercice de contrôle du feu que nous avons commencé l’année : comment combat-on à 5 ans ? Comment comprend-on les règles, qui ne sont pas compliquées mais contraignantes ? Comment fait-on pour ne pas pleurer quand on perd ? Et les ceintures blanches nous ont épatées, il faut bien avouer. Pour plus de lisibilité nous sommes revenus à un système par point, où le combat est interrompu par l’arbitre central à chaque fois qu’une action est engagée et décisive. L’aspect « commentaire » de l’arbitrage est très important, comme dans une partie de Go. Au Go, on nous a expliqué que c’est le commentaire de la partie, et son analyse globale qui fait essentiellement l’intérêt du jeu : à quel moment la partie a tourné, à quel moment elle a stagné, pourquoi tel coup à l’air anodin a finalement été décisif pour le résultat final. Dans nos combats, rien de si élaboré, mais la nécessité pour l’arbitre de clarifier par quelle technique le point a été attribué. Ce qui veut dire que l’aspect pédagogique est au moins aussi important que le résultat. Venir au tournoi, c’était donc comme participer à un cours enrichi par le plus grand nombre de participants, et un plus grand nombre de situations présentées.

Pour la première fois aussi, afin de pouvoir libérer les plus jeunes avant qu’ils ne grimpent au plafond, et les faire sortir du do-jang transformé peu à peu en une sorte de volcan, nous avions fait 2 sessions : grosso modo, une section 5-8 ans, ceintures blanches et oranges, une section 9-14 ans, ceintures vertes et rouges, avec quelques surclassés oranges. Une expérience intéressante, même si les plus gradés se retrouvent finalement avec bien moins de public pour assister à leurs exploits, eux qui sont pourtant les plus aguerris.

Pour les plus âgés, nous avions conservé pour le combat un système d’évaluation plus global avec attribution de round, sans interruption de l’arbitre durant ce round. Les décisions sont parfois difficiles à prendre pour les juges, mais les combats s’avèrent souvent plus intéressants.

En ce qui concerne les hyungs (ou formes), par lesquels on évalue les qualités techniques des enfants, de très bonnes choses chez les verts et rouges, avec la nécessité de re-pratiquer les formes anciennes pour ne pas les oublier !

Enfin la casse, qui a clos la rencontre a été généreusement sponsorisée par la fédération France Soo bahk do. Le potlach’ que cela représente (80 planches cassées !) avait son sens avec la fête de la Nouvelle année ! Puisqu’il s’agit à la nouvelle année de célébrer une sorte de profusion, l’exagération (voir la table de gâteaux tous plus appétissants les uns que les autres apportés par les parents et la variété de boissons !) le passage le l’ancien pour entrevoir le nouveau, la casse avait justement trouvé pour l’occasion sa fonction. C’est le moment où les corps enfantins se mesurent avec la matière (le bois) et expérimentent le temps d’une technique leur puissance. La casse, ça fait presque toujours tellement plaisir !

Un grand merci aux membres de Shiwol qui ont permis que se tiennent cette fête : Marie, la présidente, Olivier, Agnès, Camille, Vincent, Giacomo et Thierry. Sans vous, rien n’aurait été possible.

Et bien sûr, un grand merci aux participants. Vos participations vont contribuer j’espère à ce que quelques uns des élèves puissent s’entraîner en Suisse cet été, au stage international européen.

Résultats :

FORMES

Groupe 1 : Formes Poussin Kiap

1/ Sacha Cosar Accaoui

2/ Adam Kachour

3/ Basile Cottereau

Groupe 2 : Yongi « le courage »

1/ Jonas Szlamovic

2/Lucien Lévy

3/ Tom-Prince Serry Masson

Groupe 3 : Wan gup « le rythme »

1/Akira Matarasso

2/ Justine Mo

3/ Paul Cassou-Noguès et Zohar Dweck

Groupe 4 : Innae « endurance »

1/ Fatimata Traoré

2/ Liam Verhaert

3/ Salma Chitam

Groupe 5 : Shin Chuk « Tension-relâchement »

1/ Eliane Zheng

2/Anna Chuong

3/ Yanis Rahmani

Groupe 6 : Moo do Jaseh, « la posture martiale »

1/ Noé Moriceau

2/ Louis Mathis Aide

3/ Alexandre Payen de la Garanderie

COMBAT

Groupe 1 : Poussin Kiap

1/ Sami Lafri

2/ Sacha Cosar Accaoui

3/ Hélie De Rostolan

Groupe 2 : Yongi « le courage » (Les filles en force !!)

1/ Dan Tih

2/ Dorélia Westley

3/ Jonas Szlamovic

Groupe 3 : Wan gup « le rythme »

1/ Zohar Dweck

2/Justine Mo

3/ Salma Chitam

Groupe 5 : Shin Chuk « Tension-relâchement »

1/ Florian Dandrieux -Mombo Barros

2/ Yanis Rahmani

3/ Selyan Rahmani

Groupe 6 : Moo do Jaseh, « la posture martiale »

1/ Alexandre Payen de la Garanderie

2/ Noé Moriceau

3/ Louis Mathis-Aide

Prix dessin

Groupe 1 : Akira Matarasso

Groupe 2 : Jean Pénicaud.

Jean Pénicaud est aussi le seul à avoir participé au concours de rédaction. Bravo à lui pour ses talents artistiques !

Le 8ème tournoi d'hiver de Shiwol

Partager cet article

Repost 0
Published by Dodeline
commenter cet article

commentaires