Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 16:28

Le mercredi 12 mars, le Maître Choi était venu donner cours à 15h, c'est-à-dire aux enfants qui sont soit en grande section de maternelle, soit en CP. Autant dire, pas très grands encore. C'était la première fois que j'étais alignée avec eux. La première fois que j'étais élève devant eux. Je ne me le suis figurée qu'en me mettant dans la ligne, et en les invitant à saluer le Maître, comme il se doit de la part d'un Sonbé (plus gradé) dans un do-jang.



Cela a provoquéchez moi un mélange de soulagement et de fierté, somme toute prévisible mais qui m'a surpris. Soulagement de n'être que celle qui continue quelque chose. Pourquoi est-ce un soulagement ? Parce qu'à bien des égards, ceux qui fondent sont pris pour des fous, des gens à abattre, des ennemis du bon sens, et de "ce qui va de soi", à savoir que les choses se perpétuent d'elles-mêmes : que les ignorants ne quittent jamais leur ignorance, que les puissants jouissent du pouvoir et mettent en esclavage, partiel ou total, masqué ou manifeste, ceux dont ils ont besoin, et que l'ordre règne.

Le cours suivant fut, comme il l'est souvent, sérieux et concentré, comme on peut l'être à 7 ans. Le Maître eut l'air d'y enseigner à son aise, et cela me fit plaisir. A la fin, nous fîmes une photo, (et oui, encore une photo ...), et le maître réclama une chanson. A quoi Arthur répondit immédiatement en proposant
la marseillaise. Il la connaissait, et l'entonna avec une voix convaincue, ce qui ne veut pas dire juste, dirigeant le choeur des 10 garçons, qui marmonnaient ce qu'ils pouvaient. Le Maître dit alors que lui n'était pas français, et que ce n'était peut-être pas une chanson de bonne augure ... Louis précisa alors que nous n'étions pas racistes. Germain vint alors faire son massage ...

 








Et ce fut encore Xiao Shan qui fit les clics qu'il fallait

Partager cet article

Repost 0
Published by Dodeline - dans shwl
commenter cet article

commentaires