Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 18:15

Le mot Carnaval vient d’Italie mais a conservé son étymologie latine : « carnis levare », c’est à dire « enlever, ôter la viande, la chair ».

Comme tant d’autres fêtes, c’est une  récupération par le christianisme de très anciens cultes dont les  Lupercales romaines  et les Saturnales.

Chaque année le 15 février, les Luperques, vêtus seulement des peaux des boucs sacrifiés, couraient à travers la ville en frappant avec des lanières de peaux de boucs tous ceux qu’ils rencontraient notamment les femmes.


Ces Lupercales, assurant le départ d’une nouvelle année, symbolisaient l’intrusion du monde sauvage dans le monde civilisé, celle du désordre dans la vie réglée, celle du monde des morts dans celui des vivants.


Le masque, le déguisement, assurent l’anonymat de l’individu qui se fond dans le groupe et légitime ainsi ses actions.
Les déguisements marquent également une rupture avec le quotidien ; en adoptant un masque, l’homme possède un nouveau rôle ; son comportement change.


Le Carnaval a une utilité sociale qui est d’assurer la bonne marche de la société locale.
Pour quelques heures, la hiérarchie est renversée, toutes les contraintes qui s’exercent dans l’année sont rejetées, cela sert en fait de « soupape de sécurité ».Tout rentre dans l’ordre les jours suivants.

.






Merci
à Mme Lacrépinière pour les crêpes
à Mme Nezeys pour le gâteau au chocolat
et
à Xiao Shan (bien sûr) pour les photos
Nous remercions également Maître Boussalaa qui nous a soufflé l'idée du grimage, et Maître Zouraris qui nous a montré quelques techniques de sabre.

Nous empruntons les propos sur le carnaval au lien suivant :
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/culture/religieux/carnaval.htm


Partager cet article

Repost 0
Published by Dodeline - dans shwl
commenter cet article

commentaires

jay 23/02/2009 15:25

et toi tu tu t'es pas deguiser?

Dodeline 23/02/2009 18:19



Déguisement il y a eu :
- le sabre a fortement impressioné les élèves, eux qui sont habitués seulement aux mains et pieds nus.
- la veste censée donner l'air samouraï.
Visiblement, le déguisement n'était pas si évident vue ta question ...
Tu te serais attendu à quoi ? Que je me mette enfin en tutu rose ?