Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 16:18
(...) Cette nation aura pour législation un fac simile, le plus ressemblant possible, du droit naturel. Sous l'influence de cette nation motrice, les incommensurables friches d'Amérique, d'Asie, d'Afrique et d'Australie seront offertes aux émigrations civilisantes ; les huit cent mille boeufs annuellement brûlés pour les peaux dans l'Amérique du Sud seront mangés ; elle fera ce raisonnement que s'il y a des boeufs d'un côté de l'Atlantique, il y a des bouches qui ont faim de l'autre côté. Sous son impulsion, la longue traînée des misérables envahira magnifiquement les grasses et riches solitudes inconnues (...) ; les meurt-de-faim et les va-nu-pieds, ces frères douloureux et vénérables de nos splendeurs myopes et de nos prospérités égoïstes, auront, en dépit de Malthus, leur table servie sous le même soleil. (...)
La paix, déesse à huit mamelles, majestueusement assise au milieu des hommes ; aucune exploitation, ni des petits par les gros, ni des gros par les petits et partout la dignité de l'utilité de chacun sentie par tous ; l'idée de domesticité purgée de l'idée de servitude ; l'égalité sortant toute construite de l'instruction gratuite et obligatoire ; l'égout remplacé par le drainage ; le châtiment remplacé par l'enseignement ; la prison transfigurée en école ; l'ignorance, qui est la suprême indigence, abolie ; l'homme qui ne sait pas lire aussi rare que l'aveugle-né (...)

La liberté du coeur humain respectée au même titre que la liberté de l'esprit humain, aimer étant aussi sacré que penser. Une vaste marche en avant de la foule Idée conduite par l'esprit Légion. La circulation décuplée ayant pour résultat la production et la consommation centuplées ; (...)
Pour guerre l'émulation. L'émeute des intelligence vers l'aurore. L'impatience du bien gourmandant les lenteurs et les timidités. Toute autre colère disparue. Un peuple fouillant les flancs de la nuit et opérant au profit du genre humain une immense extraction de clarté. Voilà quelle sera cette nation.
Cette nation aura pour capitale Paris, et ne s'appellera point le France ; elle s'appellera l'Europe.
Elle s'appellera l'Europe au vingtième siècle et, aux siècles suivants, plus transfigurée encore, elle s'appellera l'Humanité.
L'Humanité, nation définitive, est dès à présent entrevue par les penseurs, ces contemplateurs des pénombres (...).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franck 07/06/2007 15:20

Pour répondre à votre question Auguste, l’intitulé de la catégorie dans laquelle se situe cet article, à savoir « L'Europe, au-delà du MDK », semble signifier qu’on va faire le rapport entre l’Europe et une façon d’aborder les arts martiaux qu’est le Moo Duk Kwan (l’école de la vertu martiale). Moo Duk Kwan qui est donc une école de pensée. Donc entre la pensée européenne et la pensée Moo Do. De plus les grands maîtres d'art martiaux étaient et sont probablement toujours, la plupart du temps, de grands penseurs.La littérature, comme la calligraphie et comme toutes les choses que l’ont fait avec passion, même si elles « ne demandent pas les mêmes compétences que les techniques physiques de combat »  sont et ont toujours étés utilisées par les maître pour connaître leurs adversaires ou ceux qu’ils avaient en face d’eux.Parce qu’elles en disent bien plus long sur nous que pourraient le faire des mots. Se limiter à séparer les arts n’est il pas dommage (voir dangereux) puisse que quelque qu’il soit, l’art parle pour notre « moi » profond et dévoile notre vraie personnalité?

Auguste 27/05/2007 19:53

Nucléon, je ne suis pas spécialiste en définition mais par contre, je fais la différence entre les arts. La littérature ne demande pas les mêmes compétences que les techniques physiques de combat. C'est pourquoi, je ne suis pas du tout convaincu par la réponse qu'on m'a fait. Pour moi, c'est de la tchatche.

nucleon i 23/05/2007 22:02

mon cher Auguste,pourriez vous préciser ce qui pour vous rentre dans le cadre des arts martiaux et avant tout nous définir ce qu'est un art martial?merci( un nucléon étant une particule, il faut beaucoup lui  expliquer:

auguste 05/01/2007 10:19

Mais pourquoi vous mettez sur un site d'arts martiaux des textes qui parlent de trucs qui n'ont rien à voir ?

Dodeline 05/01/2007 10:44

Cher Auguste, qui vous dit que V. Hugo n'a rien à voir avec le Soo Bahk Do ? Qui vous dit qu'un homme de sa trempe n'aurait pas été utile au Moo Duk Kwan, dans la Corée dans année 60, au moment où la répression gouvernementale s'abattait sur Hwang Kee, notre honorable fondateur ? Avez-vous vu son regard ?Enfin, l'Europe ressemblera sûrement à l'idée qu'on a eu d'elle. Mieux vaut un imaginaire littéraire qui ne s'ignore pas, et qui procède, qu'une procédure sans imagination, qui s'ignore et ne procède pas.