Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 17:59

Ce blog existait et nous n'y pensions plus...

Totalitarisme rampant de Facebook et consorts, oppression soft/dure de l'image sur le texte, de l'immédiat sur le temps, du visible sur l'invisible, de l'expression sur le discret ...

Un mois et demi plus tard, nous voulions féliciter les élèves qui ont présenté leur grade. Présenter, et obtenu ou pas. 

P1000465

La nouveauté, c'était de libérer un espace complètement indépendant pour le travail et l'examen adultes. Enfin, l'association Shiwol a les espaces pour cela. Faut-il s'en réjouir ? Oui, résolument, même si certains élèves ont été surpris du saut demandé. Le saut du tigre dont parle Walter Benjamin ? 

Occasion avec les nouvelles modalités du Gup shimsa adultes de se demander (à nouveau?) : qu'est-ce qu'un examen ? Pourquoi passe-t-on des grades ? A quoi sert-il  de s'exposer au trac, à la pression, à l'éventuelle contrariété qu'il représente ? Pourquoi accepter d'être jugé sur notre pratique ?

 

P1000454

Quelques éléments épars, qui ne prétendent pas à l'exhaustivité.

- L'aspect collectif du passage de grades: l'école se montre à travers ce que les élèves en présentent. Techniquement, mais aussi dans le rapport des uns envers les autres pendant l'examen ; la manière de pratiquer dans le même souffle/mouvement ou pas. Il y a quelques années (ou dizaines d'années) le fait d'être présent, même si l'on ne présentait pas l'examen allait de soi, non seulement pour voir et apprendre de quelqu'un avec qui on s'entraîne, en assistant à son épreuve. Mais aussi parce que notre présence d'élève représente un soutien. L'épreuve des uns était alors aussi un peu l'épreuve des autres. Mais l'Occident régnant, et l'individualisme aidant, il devient très difficile d'exiger cela des élèves. Un chantier futur, à 'r)ouvrir.

- Le temps passé à l'entraînement tout d'un coup doit s'objectiver : ce que tout élève va faire sera probablement conforme à ce qu'il fait depuis des mois à l'entraînement. Ce qu'il montre, ce qui l'anime, ce qu'il porte. De temps en temps, des gens se transcendent à l'examen, et sont au-dessus de tout ce qu'ils avaient fait avant. C'est beau, c'est émouvant, on aime y être pour quelque chose.

- Le passage de grades valide un apprentissage technique et humain, qui ouvre à d'autres techniques, d'autres pas, un autre horizon : l'élève devient, et cela s'objective à ses propres yeux.

- Le passage de grades est une partie intégrante du rapport élève/instructeur. L'élève est jugé apte à présenter, c'est-à-dire qu'il est considéré comme prêt à gravir un échelon par son instructeur. Le travail fourni est reconnu, les progrès considérés enfin. Que se passe-t-il alors quand un élève échoue ? Passée la déception du moment, légitime, retourner à l'entraînement, et  décupler d'efforts. Il y aura un oeil, il y aura une oreille, il y aura le vide, pour qui ce temps ne sera jamais perdu.  

 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Dodeline - dans shwl
commenter cet article

commentaires