Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 07:33

Zanshin est l'esprit qui demeure sans s'attacher, l'esprit qui reste vigilant. On prend soin de l'action et l'on reste attentif à ce qui peut survenir ensuite. Il y a par exemple, une manière Zanshin de fermer une porte, de poser un objet, de prendre un repas ou de conduire une voiture, et même de rester immobile. On pose les objets avec précaution, on suspend son mouvement une fraction de seconde avant de fermer une porte afin de ne pas la claquer. C'est ainsi que j'insiste sur le salut des deux mains en gassho : avant et après la méditation en za-zen, ou bien si l'on veut bouger ou changer de jambe pendant le za-zen, il faut saluer ainsi. Ce salut maintient la concentration de l'énergie et marque le respect à l'égard des autres.

On retrouve cette éducation dans l'art des bouquets (Ikebana), la cérémonie du thé, la calligraphie. Il est difficile d'être à ce que l'on fait, il l'est plus encore de rester attentif à ce que l'on peut être appelé à faire instantanément. Originellement, le mot zanshin provient de l'art du combat au sabre et signifie "prêter attention à l'adversaire".


 

main 500

Histoires du cinéma, épisode 7, J-L Godard*

 

Zanshin s'applique à tout acte de la vie. La beauté naturelle du corps est le reflet de l'entraînement de l'esprit à la concentration dans les gestes. Le travail manuel (samu), qu'il s'agisse d'entretien ménager ou d'agriculture, d'art ou d'artisanat, ne conditionne pas seulement la santé du corps et l'habileté des doigts mais aussi l'agilité du cerveau. Par l'exercice, les gestes deviennent aisés et contrôlés, et le corps trouve sa beauté. L'action naturelle est inconsciente et parfaitement belle.

 

Il y a une profonde relation entre les doigts et le cerveau. Les Anciens connaissaient cette relation. Ils y portaient grande attention. Anaxagore de Clazomène, dont Platon fut le disciple a écrit : "l'homme pense parce qu'il a une main". Nous devons savoir penser avec nos doigts.

La Pratique Du Zen, Taisen Deshimaru

 

* L'esprit n'est vrai que lorsqu'il manifeste sa présence et dans le mot "manifester", il y a "main". L'amour est le comble de l'esprit, et l'amour du prochain est un acte, c'est-à-dire une main tendue, non pas un sentiment drapé, un idéal qui passe sur le chemin de Jéricho devant l'homme dépouillé par les brigands. Police, Propagande, Etat, voilà la main ; voilà le nom du dieu tyran que la raison des hommes a su créer orgueilleusement à son image. (...) Il est grand temps que la pensée redevienne ce qu'elle est en réalité : dangereuse pour le penseur et transformatrice du réel. (...) Les uns pensent dit-on, les autres agissent ; mais la vraie condition de l'homme, c'est de penser avec ses mains. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires