Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 18:22

Retour sur notre "phénoménologie" du pitchagi.

 

Sur quasiment toutes les photos de pitchagi, vous ne verrez aujourd'hui, en plus du mouvement de jambe, que des mains ouvertes (cf les photos précédentes). C'est tellement admis, qu'on ne se demande pas pourquoi : il doit en être ainsi, d'abord et surtout parce que Kwan Jang Nim lui-même le montre ainsi.

Mais, il faut savoir que ça n'a pas été toujours ainsi. Par exemple ci-dessous. Cette photo date de 1978 (la même année que les propos que nous avons reproduits très récemment, dans l'article  La supériorité  de la défensive)

 

BB 1978-11 Cov

 

Ici, pas de main ouverte. Le coup de pied est présenté dans sa dimension dynamique, dans son application possible. Que le main soit sur la gachette ou dans la poche, ce n'est pas là l'essentiel.

 

Six ans plus tard, en 1984, revoici notre pitchagi.

newBBcoverHwang

 

Il n'est plus question d'application combat, il n'y a pas d'adversaire apparent. C'est une photo dénuée d'agressivité, comme si la vocation défensive du Soo Bahk Do, dont il était question en 1978 , dans l'entretien de Black Belt, devait devenir visible. C'est cette photo qui fut choisie pour être emblématique du Soo Bahk Do aux Etats-Unis, d'abord puis ailleurs dans le monde.OfficialSooBahkDo med

 

 

Mais revenons à la position des mains. La position de la main avant, celle qui se voit lorsqu'on observe le pitchagi de devant, est presque parallèle à la jambe. C'est comme si la main donnait la direction au pied. D'autre part, on note que la main est à hauteur du visage.

 

Si l'on compare avec le "pitchagi du 21ème siècle", on observe tendanciellement :

- que la main est descendue (au niveau moyen, celui du plexus solaire et non plus au niveau haut, celui du visage).

- le bol du pied tend à être encore davantage projeté latéralement. C'est ici bien visible chez Diego Salinas Sa Bom Nim, mais aussi par exemple chez Kim Yoo-Oeb Sa Bom Nim qui -enseigne à Daegu, en Corée-. Ce qui pourrait amener à un changement de cible : ce n'est plus le menton de l'adversaire mais bien plutôt, et de manière univoque, sa tempe.

 

34149 1399880810249 1629165815 962845 5655327 n

 

On peut alors se poser la question suivante : y a-t-il quelque chose à interpréter dans le fait que la main s'ouvre d'une part, mais aussi qu'elle "descende" ?

1) La main qui s'ouvre fait que le coup de pied "s'immobilise". Ce qu'on voit, c'est la posture, c'est-à-dire le rapport des parties du corps entre elles, les rapports de lignes.


C'est ce rapport des lignes entre elles qui dessine la forme du coup de pied et qui donne sa dimension proprement esthétique au mouvement. On devra entendre "esthétique" dans toute la force de ses significations.

 

(à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article

commentaires

Guernalec Levy 03/05/2011 14:47



La main ouverte et descendue, qui va dans la direction opposée au pied, n'est-elle pas aussi une façon de stabiliser le coup de pied, de maintenir l'équilibre? C'est une question de forces
vectorielles: deux forces (entendons nous sur le mot force, dans le sens d'énergie) qui vont dans deux directions opposées s'annulent et on obtient un principe d'inertie qui, ici, se traduirait
par un équilibre parfait. En tous cas, visuellement, le mouvement semble physiquement plus naturel quand la main est basse et ouverte. Très intéressante analyse sémiologique en tous cas.


 



Dodeline 04/05/2011 00:10



Merci pour ce commentaire lumineux, qui traduit le principe de ce cou de pied en termes mathématiques. Nous pourrions préciser :


Objections de détail :


- Les forces vectorielles en jeu, qui vont dans des directions opposées ne partent pas du même point. L'action du haut du corps ne peut venir qu'en second, pour équilibrer, puisque le pitchagi
est un coup de pied.


- Cette idée de forces vectorielles qui vont dans des directions opposées ne rend pas raison de la position de la main ( et de toutes ses variations possibles).


 On pourrait essayer de proposer une tendance : l'idéal du pitchagi pourrait être que les forces vectorielles qui partent dans des directions opposées s'alignent ...