Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 07:53

 

"En vue d'une actualisation du soi, la philosophie et la culture orientales ont traditionnellement fourni un riche héritage de méthodes holistiques et non-dualistes à l'égard du corps-esprit. Dans beaucoup de formes de religions et de philosophies orientales, notamment dans le bouddhisme, l'accent n'est pas mis sur l'adoration d'un être transcendant mais plutôt sur le processus d'actualisation du soi. Cette tendance de la religion s'est transmise à divers aspects des arts en Orient, si bien qu'au Japon, par exemple, il existe de nombreuses "voies de l'illumination" telles le judo, le kendo, le kado -arrangement des fleurs-, le sado-art du thé-. Ces arts visent à l'intensification de la conscience par le contrôle du corps (...)

Les participants à une cérémonie du thé, par exemple, peuvent accéder à une sorte d' "état modifié de conscience" grâce à des modifications dans les configurations de stimuli sensoriels, telles celles qui résultent de postures strictes, de mouvements raffinés et grâcieux, d'une respiration réglée, du parfum de l'encens qui brûle, du son monotone mais paisible de l'eau qui bout dans une bouilloire de fer, du goût délicat du thé et d'autres aspects tranquillisants du lieu réservé à la cérémonie du thé. C'est sur ce fond psychophysiologique qu'est enseignée la cérémonie du thé, qui peut s'exprimer succintement par les mots ichigo, ichie, c'est-à-dire "une occasion, une rencontre".

Cette philosophie admet que la cérémonie puisse être la première et la dernière occasion de faire du thé, et de rencontrer ces invités particuliers, dans cette maison de thé. C'est une leçon de la nature que chacun est destiné à mourir, bien que les gens aient tendance à l'oublier dans leur vie quotidienne. Cette acceptation lucide de la nature et de la loi de l'existence fait que l'on fera tout son possible pour préparer chaque bol de thé avec une affection profonde pour chaque invité. 

propos de Yujiro Ikemi et Akira Ikemi, cités dans Le rire du tigre, Marc de Smedt

Partager cet article

Repost 0
Published by Dodeline - dans esprit Moo Do
commenter cet article

commentaires