Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 08:36

"Confucius est le meilleur des pédagogues parce qu'il est toujours lui-même en train d'apprendre" J-F Billeter

 

- J'ai fait des progrès, dit Yen Houai

- Comment cela ? demanda Confucius.

- J'ai oublié la bonté et la justice, répondit Yen Houei.

- C'est bien remarqua Confucius, mais cela ne suffit pas.


Lorsqu'ils se revirent, Yen Houei dit :

- J'ai fait des progrès.

- Comment cela ? s'enquit Confucius.

- J'oublie les rites et la musique, expliqua Yen Houei.

- C'est bien, observa Confucius, mais cela ne suffit pas. 


Lorsqu'ils se revirent, Yen Houei dit encore :

- J'ai fait des progrès.

- Comment cela ? demanda Confucius. 

- Je puis rester assis dans l'oubli, répondit Yen Houei.

- Que veux-tu dire par là ? demanda Confucius intrigué.

- Je laisse aller mes membres, je congédie la vue et l'ouïe, je perds conscience de moi-même et des choses, je suis complètement désentravé : voilà ce que j'appelle être assis dans l'oubli.

Confucius déclara : si tu es sans entraves, tu n'as plus de préjugés favorables (ou défavorables). Si tu épouses les métamorphoses de la réalité, tu n'es plus soumis à aucune contrainte. Tu es devenu un sage. Souffre que moi, Ts'ieou, je devienne ton disciple !

Tchouang Tseu, cité par J-F Billeter

 

images

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires