Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 13:25

A quinze ans, je résolus d'apprendre

A trente ans, je m'affermis dans la Voie

A quarante ans, je n'éprouvais plus aucun doute

A cinquante ans, je connaissais les décrets du ciel

A soixante ans, j'avais un discernement parfait

A soixante dix ans, j'agissais en toute liberté sans pour autant trangresser aucune règle

(Entretiens de Confucius, II, 4, traduction A. Cheng 1981)

 

 

J'aimerais bien pouvoir faire ça, 

20130701_101035.jpg

 

 

et ça 

20130701_094721.jpg

 

 

Sans oublier ça 

20130701_093803.jpg

C'est-à-dire, s'asseoir tranquillement, en souriant.

 

Le Grand Maître chinois inconnu vous salue bien et vous murmure à l'oreille "n'oubliez pas de bien vous entraîner cet été".

 *photos de Choi Eui-Sun, Shanghai, juin 2013

 

 

A quinze ans, je résolus d'apprendre.

A trente ans, je me tenais debout.

A quarante, je n'étais plus dans la confusion.

A cinquante, je savais à quoi j'étais destiné.

A soixante, j'avais l'oreille accordée.

A présent j'en ai soixante dix, je suis les désirs de mon coeur sans jamais passer la mesure.

(Entretiens de Confucius, II, 4 in La Chine pense-t-elle, leçon inaugurale au Collège de France, Anne Cheng, 2009)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dodeline - dans esprit Moo Do
commenter cet article

commentaires