Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 08:47

La loi ne tombe pas du ciel ni n'émerge du sein de la terre ; surgie de la société, elle fait retour aux hommes pour qu'ils se corrigent.

On ne doit pas dénier à autrui ce qu'on possède, pas plus qu'on ne peut exiger de lui d'être doué de ce dont  on est soi-même dépourvu. Ce qui vaut pour les inférieurs doit valoir aussi pour les supérieurs ; et l'on ne doit pas s'autoriser ce qu'on interdit au peuple.

Un royaume en perdition n'est pas sans roi mais sans loi. Les changements de constitution ne sont pas dictés par l'absence de lois mais par leur non-application qui les rend lettre morte.

Aussi lorsqu'il instaure les lois, le prince prend-il soin de se poser au préalable en critérium et en modèle, s'il veut que l'empire exécute ses décrets.

Dès lors qu'il incarne la rectitude, un souverain se fera obéir sans donner d'ordre, mais pour peu qu'il omette de s'y conformer, aucun règlement ne le fera écouter de ses sujets, a dit Kong Zi. Un souverain doit lui-même se soumettre aux lois s'il veut voir son peuple suivre ses édits.

 

Huainan Zi (ibid.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires