Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 08:49

"Dans un pays mal gouverné, ceux qui ont su se gagner les suffrages de la population obtiennent des avantages sans avoir rien accompli, tandis que ceux qui remplissent leur office sont punis sans avoir rien à se reprocher. Le prince abusé est tenu à l'obscur tandis que les ministres déloyaux forment des cabales. Les beaux parleurs battent la campagne pour répandre leurs sophismes, les hommes qui font profession de vertu se poussent en avant afin d'accaparer les emplois. Leur réputation leur permet de vilipender les décrets royaux et ils ne se privent pas de violer les interdits édictés par les lois en commettant des actes délictueux. Ceux qui prisent la ruse s'adonnent au mensonge et à l'artifice ; ceux qui prisent la force ne pensent qu'à se battre et à se quereller. Les grands dignitaires accaparent le pouvoir, les petits fonctionnaires cherchent à tirer profit de leur position ; des ligues se forment qui réduisent le prince à l'état de pantin. Et, bien que l'Etat semble toujours en place, pour les anciens, il serait déjà mort. Car ceux qui jouissent d'une réputation de saints ou de sages sans exercer une fonction, sans porter la cuirasse, sans manier la charrue, ne peuvent en aucun cas être considérés comme les piliers de la nation."

 

Huainan Zi, IX. De l'art du maître (Edition La Pléïade, p384)

Partager cet article

Repost 0

commentaires