Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 17:53
Ce week-end s'est déroulé le festival associatif tout neuf du 10ème, nommé "10/10", dans le jardin Villemin et autour du couvent des Recollets.
Ce qui fut assez intéressant, c'est l'ouverture pour l'occasion d'un passage permettant la communication des deux espaces.
Un paysage urbain, c'est avant tout une façon se déplacer dans la ville, de lier des points entre eux qui étaient séparés.
Les afghans qui se sont réfugiés depuis plusieurs mois dans le jardin, ont trouvé l'occasion de faire une fiesta d'enfer. Ils ont sans doute des choses à nous dire concernant les points géographiques à relier entre eux.
Non loin, avec des déhanchement plus modérés mais non moins déterminants, Shiwol avait sa scène, dans l'enceinte du couvent, à proximité de la gare de l'Est. Notre démonstration dans ce cadre particulier met au travail une certaine idée du Soo Bahk Do urbain, qui nous préoccupe les débuts du do-jang.

Merci aux élèves qui ont participé, et à ceux qui nous ont rendu visite.
Repost 0
Published by Dodeline - dans Shiwol10ème arrdt
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 17:48


On n'échappe pas à la photo de classe, à la photo de si grande classe qu'on ne discerne aucun visage ; les plus attentifs reconnaîtront des attitudes du corps, une manière de se tenir droit.
Il me suffit de dire qu'il y avait là les "Delegates", les représentants de pays, mélangés aux "Youth ambassadors", les jeunes loups, chargés de dynamiser notre fédération mondiale ; nous étions une quinzaine de pays représentés.


Les voilà de plus près, les ambassadeurs de la jeunesse, accompagnés du Grand-Maître au centre, et des deux initiateurs de leur venue, Maître Kriton Glenn l'australien (à gauche du Grand-Maître), et notre hôte américain, si discret, généreux et bienveillant Maître Bartolacci (à droite). Preuve que ceux qui pensent que les Etats-Unis sont un pays désespérant ont tort. 


 Maître Hanke et Seiberlich, deux des plus anciens pratiquants américains aux côtés du Grand-Maître.

Et ... ces photos ne seront pas sur Facebook, mais en exclusivité sur ce blog. Nul besoin donc d'être " l'ami de" ou d'être membre d'un groupe quelconque pour les voir.



Dans les bras de Dame Nature

Repost 0
Published by Dodeline - dans WMDK news
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 17:02
Le centre J. Verdier réouvre ses portes et entame ses activités la semaine prochaine

Les cours Initiation aux arts martiaux reprendront
 
  • mercredi 16 septembre à 14h (moyenne et grande section de maternelle, 4-5 ans)

  • mercredi 16 septembre à 15h (grande section et CP, 5-6 ans)



Les cours de Soo Bahk Do reprendront :

  • mercredi 16 septembre à 16h

  • vendredi 18 septembre à 17h30

  • vendredi 18 septembre à 20h30 pour les adultes et adolescents

  • samedi 19 septembre à 13h (enfants/adultes)

Les cours enfants des mercredi et vendredi étant complets, nous invitons tous ceux qui souhaiteraient s'inscrire à nous contacter
.
Repost 0
Published by Dodeline - dans Shiwol10ème arrdt
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 15:17

La reprise des cours de Soo Bahk Do aura lieu la semaine du 7 septembre, soit :

- le lundi 7 septembre, pour les cours enfant "niveau avancé", au 214 rue Lafayette, Paris 10ème.(départ 16h50 du kiosque à journaux du métro Bonsergent, retour, 18h50).

- le mercredi 9 septembre pour les adultes, au Point éphémère, 200 quai de Valmy, Paris 10ème. 19h15-20h30 

- le jeudi 10 septembre, pour les enfants, Maison des jeunes de St-Médard, 3 rue du Gril, Paris 5ème. 17h15-18h15

A noter : L'Association Shiwol sera présente au Forum des sports du 10ème arrdt, dans son jardin fétiche, le jardin Villemin, quai de Valmy (métro Grae de l'Est), le dimanche 13 septembre, à 14h.

Les cours se déroulant au Centre J. Verdier reprendront la semaine du 14 septembre.

Repost 0
Published by Dodeline - dans shwl
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 11:26

Vous trouverez, dans le magazine Parents du mois de septembre 2009, quelques mots concernant l'initiation aux arts martiaux à J. Verdier, assurée par Shiwol à partir des fondamentaux du Soo Bahk Do.
A l'occasion de l'article, une série de questions avait été posée par la journaliste, dont il n' a été gardé au final qu'une petite phrase, pour accompagner 2 grandes photos de Louis, un de nos jeunes élèves. Parce que les photos, la presse nous le répète toujours, c'est plus " parlant ".
Voici, quoi qu'il en soit, l'intégralité des questions et réponses, en exclusivité pour nos lecteurs.




Quels peuvent être les bienfaits d'une initiation aux arts martiaux chez de très jeunes enfants ? Ce type d'activité permet-il à un enfant de se défouler ou au contraire de canaliser son énergie ?



Dès lors qu'un enfant de 4 ans se retrouve dans un groupe, il aura à se canaliser : l'enfant n'est pas le seul, l'adulte n'est pas là seulement pour lui, il doit s'habituer à ne pas être constamment au centre. Avoir des activités de groupe, comme il l’expérimente déjà à l’école maternelle, c’est très important. Dans notre initiation aux arts martiaux, ce que l’on apprend provient de sociétés à influence confucianiste où le groupe prévaut sur l’individu. Nous insistons donc sur l’aspect collectif.

Si l’on considère les choses individuellement maintenant, n’importe quel geste « technique », qui demande que le corps s’exerce pour acquérir une trajectoire, gagner en précision est une « canalisation ». Et plus l’enseignant sera exigeant sur la précision du geste, plus il faudra que l’enfant se concentre pour y parvenir.

A 4 ans, l’enfant a tant de progrès à faire en ce qui concerne la motricité !

Maintenant, toute la question est d’équilibrer le temps de concentration, le temps « exigeant », et celui où c’est la dimension ludique qui l’emporte, même si les enfants continuent à travailler. J’imagine que ce temps ludique, c’est ce que vous appelez « défoulement ».

 

Quelles sont les contraintes de cette discipline (je pense aux éventuelles compétitions lorsque l'enfant grandit) ?



Pour répondre à cette question, on doit distinguer entre les arts martiaux : certains se sont résolument tournés vers la compétition (les arts martiaux devenus sports de combat olympiques, tel le Taekwondo ou le Judo par exemple).

Si l'on considère  par contre les arts martiaux « traditionnels », tel le Soo Bahk Do (qui est la base de ce que nous enseignons aux enfants dans notre cours d'initiation aux arts martiaux) les compétitions ne sont pas centrales. Elles ont été concédées par les fondateurs parce que les pratiquants occidentaux, en Europe et aux USA, éprouvaient le besoin de se mesurer, de recevoir des récompenses, d'établir un classement etc ...

Théoriquement, si l'enfant ne le souhaite pas, il n'y a alors pas lieu de le faire participer à des compétitions. Mais il faut bien dire que parvenu à un certain âge, il est très rare que les enfants n'aient pas envie de se frotter aux autres. Nos sociétés émettent  sans cesse des signes qui les y poussent, d'ailleurs.

Le système de grades par barette et ceinture est une façon de mesurer sa propre progression, sans avoir à « battre l'autre ». On pourrait le considérer comme suffisant.

 

Quelles sont les qualités physiques et mentales que cette discipline est amenée à développer chez l'enfant au fur et à mesure qu'il pratique ?

 

Avec les enfants de 4 ans, on préfère travailler certaines aptitudes plus que développer les qualités physiques à proprement parler : l'adresse, l'équilibre, la coordination sont plus importantes à leur âge que la force, la souplesse ou la détente, qu'on travaille plus tard.

Dans l’initiation aux arts martiaux, nous leur apprenons des postures, afin que les enfants soient amenés à ressentir les différentes parties de leurs corps, se concentrent dessus, et supportent une certaine immobilité. A travers ces postures, les enfants imaginent quelque chose, soit tout seuls, soit parce qu'on le leur suggère. Il y a donc un travail d'expression, parce qu'ils relient ce qu'ils imaginent à leur action (la posture).

C'est  fondamental, à notre avis.

On développe par notre discipline courage, concentration, patience et, ce qui va avec, une certaine modestie.

 

 

A votre avis, faut-il être totalement à l'écoute des souhaits d'un enfant (lorsqu'il rechigne par exemple à pratiquer un sport) ou faut-il le pousser un peu (sans tomber dans une pression démesurée forcément contre-productive) ?

 

A 4 ans, est-ce que si votre enfant refuse de manger ou d'aller se coucher, vous le laissez décider ? A cet âge, il a besoin d'un cadre, d'une régularité, d'habitudes, c'est aux parents de les lui donner. Comment saurait-il d'emblée ce qui est bon pour lui ?

En ce qui concerne sa participation au cours d'arts martiaux, c'est la même chose. Comme nous l'avons dit précédemment, cela va lui demander un certain effort. S’il rechigne, c’est aux parents d’en évaluer les raisons. Ils peuvent en discuter avec lui bien sûr. Beaucoup d'enfants sont fatigués en cours d'année, c'est assez naturel. Mais au delà de ce que l’enfant pourra en dire, ce peut être aussi l'occasion de lui expliquer qu'il faut pratiquer une même activité suffisamment longtemps pour pouvoir savoir si on l'aime ou pas. Je crois qu’un enfant a besoin d’expériences du temps. Grandir, ça passe par un certain renoncement à l’immédiateté de son désir, non ?

 

Peut-on déceler chez de si jeunes enfants des dipositions pour les arts martiaux ou est-ce beaucoup trop tôt ?

 

On peut remarquer chez de très jeunes enfants une facilité à se concentrer, une aisance particulière dans l'exécution de certains mouvements, une coordination précoce.

Mais ce qui compte, c'est plutôt la réversibilité des choses dans d'autres cas. Des enfants de 4 ans peuvent apparaître plutôt empotés, tandis qu'à 6, ils auront considérablement amélioré leur agilité. C'est la même chose pour la concentration. Avec un entraînement régulier (2 fois par semaine), un enfant cultive sa capacité à focaliser son attention, que ce soit sur une cible lorsqu’il exécute un mouvement unique, ou sur des enchaînements de mouvements qu'il a appris et qu'il doit reproduire et s'efforcer de maîtriser.


Repost 0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 09:22

Stage à Montreuil du 19 au 28 août 2009,

Dans le cadre du centre de loisirs rassemblant les élèves des écoles H. Wallon et Anatole France de Montreuil, l'Association Shiwol a organisé 10 jours de découverte du Soo Bahk Do. Financé par la Fondation Devoteam, l'objectif de cette action était de présenter aux jeunes élèves les principes fondamentaux d'une pratique des arts martiaux, et quelques aspects de sa mythologie, qui passe par le cinéma et les films d'animation. Nous remercions la municipalité, qui avait mis à notre disposition une véritable salle d'arts martiaux, le dojo Didier Lefèvre, récemment rénové. Nous bénéficiâmes donc des meilleures conditions pour pratiquer.

De gauche à droite :
Giovanni, Cyriac, Fossinet, Saberi, Ichaka, Josué, Nicolas, Ugur, et Stéphanie
Makan manquait-.

Repost 0
Published by Dodeline - dans shwl
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 17:19

Parmi les lectrices plutôt fidèles de ce blog, d'autant plus méritante qu'elle est non-francophone et le lit avec une traduction google, il y a Melanie, une élève américaine de Maître Choi, dont nous avions traduit des propos, qu'elle rapportait d'une situation au do-jang. Elle nous parlait de la tradition. 
Melanie s'entraîne à présent la plupart du temps à Boston où elle étudie, avec PJ Steyer Sa Bom Nim. Elle donne cours, elle réfléchit et elle écrit ; cela suffit à ce que nous nous intéressions à son nouveau blog, encore plus intime, exagéré, farfelu et bizarre.

http://powol.wordpress.com/

Nous ajoutons aujourd'hui un lien permanent. Elle a donné à son blog le nom d'une forme, Powol "embrasser la lune", à propos de laquelle elle avait écrit un texte, probablement fondateur pour elle expliquant comment elle avait fini à aimer ce hyung, longtemps après avoir  commencé à le pratiquer.
Salut à elle (casque blanc).


Repost 0
Published by Dodeline - dans WMDK news
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 19:19


Par une belle soirée d'été, nous nous retrouvâmes non loin de l'étang avec tant de mets que nous ne savions plus où donner de la tête.


Soju, spécialité coréenne à base de pate de riz à la sauce pimentée (quelle honte, le nom m'échappe) apprêtée par Greg, macarons japonais amenés par Phil, vin par Dems etc ... : comment pouvions-nous ne pas revêtir nos do-bok afin de célébrer la communion de toutes les cultures culinaires sous nos papilles ?


Heureusement, nous privilégiions les grands gabarits pour faire les coups de pieds aériens, anticipant quelque maladresse due aux vapeurs dans lesquelles nous avions plongées nécessairement.

La nuit tombait, et nous ne voulions pas tomber avec elle. C'était le moment des formes !


Le camarade secrétaire veillait au grain, pour hisser les couleurs.

photos : Xiao Shan
Repost 0
Published by Dodeline - dans shwl
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 16:53

Suite d'une expédition avec Maître Choi à la fin juin 2009

On ne plaisante pas avec la sécurité ; on aurait aussi bien pu dire "on ne rigole pas avec la propriété".
Que peut vouloir dire Le Kwan Jang Nim lorsqu'il exprime que le projet d'une fédération mondiale, c'est de construire un "home" (il n'a certes pas parlé de "sweet home"...) pour tous les adeptes du Soo Bahk Do ? La première des propriétés, c'est la cahute, la cabane, la grotte, ce qui abrite.
Nous nous retrouvions au rayon "matériaux de construction". On nous a envoyés au fond du rayon pour que nous trouvions de quoi nous abriter. Style plat. Le regard du Maître furète, et je constate que rien ne l'arrête. Il faut interpréter : c'est ce qui s'appelle revenir bredouilles. L'épuisement me guette ; est-ce les 6 heures de recherche au milieu des embouteillages et des routes inconnues ou la perspective d'une après-midi où les mamans viendront constater les progrès de leurs chers bambins ? Comme dirait Maître Wei, la sage tortue dans Kung Fu Panda : "hier est derrière, demain est un mystère, aujourd'hui est un cadeau"*. Il faut se le dire à certains moments.
Il n'est pas loin de midi lorsque nous arrivons à l'hôtel. Et pour je ne sais quelle raison, je me prépare à la prochaine tuile.
A la fin de l'après-midi, je retrouve le Maître au café. Je lui fais remarquer, qu'aujourd'hui, 18 juin, c'est le jour de l'appel du Général De Gaulle, qui appela 69 ans plus tôt les français à résister à l'envahisseur allemand nazi. Et un peu bêtement, dans une tentative pour l'immerger dans l'histoire de France, je demande : 
- Et nous Maître, à votre avis, à quoi nous devons résister ?
Et comme une évidence taoïste, il me répond :
- Mais on ne doit pas.

* probablement une traduction pas très fine du jeu de mots pas plus fin de l'amerenglish, "present is a present".

Repost 0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 15:06


" Le Kata est un modèle de répertoire technique codifié dans la pratique des arts japonais. Il signifie littéralement moule ou prototype. Mais en assistant à l'exécution d'un même Kata, votre réaction et appréciation peuvent être différentes. Pourquoi ? Ce n'est pas seulement l'habileté technique qui vous touche, mais il y autre chose qui rentre en ligne de compte car un Kata n'est pas un simple moule.
En japonais le concept de Kata est très large, ce n'est pas seulement une séquence gestuelle mais cela peut être un seul mouvement ou une seule posture. Une seule technique magnifique pourrait être considérée à elle seule comme un Kata.
La répétition de chaque technique est le Keiko, qui est habituellement traduit par le mot "entraînement" mais dont le sens est différent. Keiko signifie "apprendre par ce qui a été élaboré dans le passé", donc le Keiko implique la répétition du Kata ou plutôt l'entraînement du Kata ne peut être que le Keiko. Que veut dire cela ? En exécutant un Kata, si votre longueur d'onde correspond à celle de l'adepte d'antan qui avait élaboré ou exécuté le même geste, au bout d'un certain temps, vous aurez une sensation de compréhension, voire même de symbiose avec cet adepte. A ce moment là, vous pouvez percevoir le message technique de l'adepte, qui est pourtant décédé depuis longtemps. Le message d'un maître du passé vous est alors parvenu. Il résonne dans votre corps, vous ressentez les mêmes sensations que le maître que vous n'avez pas connu. Votre corps est doublé de l'expérience de ce maître et vous pouvez alors déceler le sens technique porté dans le Kata que vous avez travaillé, en éprouvant une forte émotion. C'est ainsi que le Kata devient un modèle indispensable de l'enseignement de l'art. La répétition est un processus pour parvenir à faire correspondre sa longueur d'onde avec celle du maître du passé. Heureux sont ceux qui rencontrent ce type de Kata".
                                      
                            (Kenji Tokitsu, in Karaté Bushido n°375, p57, Février 2009)

Repost 0