Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 10:03

Extrait d'un article paru en 1998, probablement dans le magazine Taekwondo Choc

Travailler avec son ombre

"Si tu travailles avec ton ombre, tu seras toujours gagnant". C'est ainsi que qu'un maître de Soo Bahk Do s'adressait à son élève pour signifier ce qu'est l'art des combattants, des guerriers. Ce terme de guerrier en coréen est construit sur l'association du mot lance, qui évoque le combat, et du mot arrêt, qui exprime l'idée d'arrêter le combat*.  bu 

L'art des guerriers est aussi donc l'art de cesser le combat, c'est-à-dire l'art de vivre en paix sans fuir la confrontation avec le combat s'il le faut mais en mettant tout en oeuvre pour l'arrêter.

Soo Bahk évoque aussi l'expert martial avec un sens similaire à celui de chevalier. En Corée, l'art martial a toujours été perçu comme maîtrise du corps et de l'esprit. De façon plus précise, les maîtres coréens l'ont toujours pensé comme le cheminement suivant :

  • Essuyer, c'est-à-dire maîtriser soi-même, le corps et l'esprit (Su Sin)
  • Conduire sa maison (Jega)
  • Diriger le pays (Ch'iguk)
  • Etre en paix avec le monde (P'yong Ch'ôn ha)

Le savoir martial ne s'arrête pas en effet dès que l'on quitte le do-jang, son vrai champ d'application est la vie réelle. (...)

 

L'esprit de la pratique

A travers son cheminement, le pratiquant vise à trouver l'harmonie. Cette harmonie se fonde sur la nature. Les couleurs de ceintures sont basées sur les 4 saisons : l'hiver pour la ceinture blanche, la période intermédiaire entre hiver et printemps pour la ceinture orange, le printemps pour la ceinture verte, l'été pour le ceinture rouge, l'automne pour la ceinture bleue marine (en Corée, l'automne évoque la période des récoltes, c'est à cette époque que la montagne est la plus belle). La ceinture la plus élevée est la ceinture bleue marine. La couleur noire, qui évoque ce qui est parfait ne peut pas être attribuée, l'être humain n'atteignant jamais la perfection.

La valeur des degrés commence par "descendre", le travail de l'élève est d'acquérir un esprit de modestie. Il peut alors "monter" (dans les degrés de ceintures à partir des Dans). Cette modestie ne consiste pas à adopter une attitude d'humiliation déplacée. Elle consiste à savoir juger correctement la valeur de ses capacités, ainsi que la capacité des autres. Tout au long de l'entrainement, l'élève apprend le courage à travers le travail qu'il fournit. La modestie et le courage sont interdépendants. Tout en gardant la modestie nécessaire, on apprend à avoir une vision positive de ses capacités ; à développer ses capacités réelles sans jamais se laisser détourner par des rêves inaccessibles.

L'enseignement oriente vers les aspects positifs de toute situation. Le pratiquant peut ainsi opérer un changement de perspective face aux difficultés de la vie et aux limites de sa propre personnalité. Quelqu'un de petit peut se mettre dans la tête qu'il ne pourra jamais placer sa jambe de la même façon qu'un grand cependant il est plus important qu'il apprenne à acquérir la rapidité du geste qui lui permette de dépasser sa première impression. Quelqu'un de grand peut s'imaginer qu'il n'aura jamais le dessus face à un petit dans un combat rapproché, cependant, il est plus important qu'il apprenne l'exactitude et la précision des gestes, qui associé à sa plus grande force naturelle lui donnera l'avantage.(...)

Au fur et à mesure de l'étude de l'art martial, l'élève découvre un certain nombre de valeurs intrinsèquement liées à l'art martial. Ces valeurs ne restent pas théoriques, elles sont asssimilées progressivement au sein d'une pratique qui permet de les expérimenter en les appliquant. L'art martial prend alors tout son sens : ne pas être simplement un apprentissage de techniques mais une réflexion intégrée sur le sens de ces techniques (la pratique devient praxis). 

 

-COMBATP--640x480-.JPG

Traditionnellement en Corée, quand quelqu'un décède, on brûle la totalité des habits portés par l'homme, en ne gardant que la tenue blanche traditionnelle, le Han bok, pour la passer au générations suivantes. La véritable tradition est une lignée continue de transmission d'un héritage aux générations futures.

 

* pour un exposé qui présente la complexité de la traduction/interprétation du caractère, se référer au blog suivant : link

La perspective est japonisante mais les questions posées concernent les arts martiaux dans leur ensemble. 


Repost 0
Published by Dodeline - dans Généralités
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 20:50
Bonjour à tous,

Les cours de la saison 2012-2013 de Soo Bahk Do de l'association Shiwol reprennent cette semaine et nos créneaux horaires restent, pour l'instant, inchangés par rapport à la saison dernière. Vous êtes les bienvenus.

Adultes 
Mercredi : 19h15-20h30, Le point éphémère, 200 quai de Valmy, Paris 10
Reprise le mercredi 5 septembre 2012

Vendredi : 20h15-22h, centre J. Verdier, 2ème étage, 11 rue de Lancry, Paris 10
Reprise le vendredi 21 septembre

Samedi (cours tout public) : 13h-14h30, dojo J. Verdier 11 rue de Lancry, Paris 10
Reprise le samedi 22 septembre

Dimanche (cours libre) : 16h-18h, gymnase château-Landon, rue de château-Landon, Paris 10
Reprise dimanche 9 septembre

301837_10150865762133667_1901094175_n.jpg

Enfants
Lundi (enfants gradés, Shiwol): 17h-19h15, 210 rue Lafayette, Paris 10
Reprise lundi 3 septembre

Jeudi (Shiwol 5) : 17h15-18h30, Maison des jeunes de St-Médard, 3 rue du Gril, Paris 5
Reprise jeudi 13 septembre

  • cours centre J. Verdier, 11 rue de Lancry, Paris 10
Mercredi 14h-15h : 5-6 ans
15h-16h : 4-5 ans
16h-17h : 6-10 ans
Reprise mercredi 19 septembre

Vendredi 17h30-18h30 dojo J. Verdier
Reprise vendredi 21 septembre

Samedi 13h-14h30 dojo J. Verdier
Reprise samedi 22 septembre

482091 10151012082573667 1607806125 n

Retrouvez-nous aussi lors de nos démonstrations :
 
  • Dimanche 16 septembre, 14h30, kiosque du jardin Villemin, Paris 10ème
Vous pouvez venir discuter avec nous au stand Shiwol le samedi 15 et le dimanche 16 à l'occasion du Forum associatif 10/10 au jardin Villemin.

  • Samedi 22 septembre, Gala des arts martiaux du 10ème arrdt, gymnase de la Grange-aux-belles, Paris. 18h30 (enfants) 19h30 (adultes). 

  • Samedi 29 septembre, 15h30 Fête des moissons (Chuseok), au Jardin d'acclimatation (Jardin de Séoul) du Bois de Boulogne, Paris 16ème

 

179521_10150883783373667_2038903869_n.jpg

Pour plus d'informations, vous pouvez nous contacter à l'adresse mail suivante : shiwolsoobahkdo@gmail.com

Des vidéos sont également consultables sur notre page Facebook : Shiwol Soo Bahk Do-Moo Duk Kwan

Repost 0
Published by Dodeline - dans Généralités
commenter cet article
27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 12:53


Le Soo Bahk Do est un art martial façonné par la culture et la tradition coréennes : les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature y sont primordiaux. Sont également considérées comme fondamentales la solidarité entre les gens  et la cohésion du groupe. Enfin, la relation entre celui qui enseigne et transmet, et celui qui écoute, reçoit et étudie a toujours été perçue comme étant de la plus haute valeur.

Si certaines techniques de Soo Bahk Do remontent à plusieurs centaines d'années, voire bien davantage – peintures tombales de la dynastie Kogourio – le Soo Bahk Do, dans sa forme moderne naît en 1945 ; la Corée recouvre tout juste sa liberté après 3O ans d'occupation japonaise lorsque le Grand-Maître Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul.

A partir des années 60, certains élèves qui s'expatrient contribuent à faire connaître le Soo Bahk Do à travers le monde : aujourd'hui, il est présent dans plus de 30 pays. En France, c'est en 1989 qu'il fut importé par les frères Choï Eui-Jeong et Choï Eui-Sun.


Soo Bahk Do in a nutshell

Soo Bahk Do is a martial art of which roots dig deep in Korean Culture and traditions: moral principals such as the respect of Life (“hwal” in Korean), and of the necessary equilibrium between Man and Nature hold here a role of the first order. Are also considered as fundamental Solidarity between people and group-unity. Finally, high esteem is granted to the relation between those who teach and pass on knowledge, and those who listen, receive and study.

Even though certain Soo Bahk Do moves go back a few centuries, if not more (cf. Koguryo Dynasty tomb paintings), its’ modern form was born in 1945; Korea was relishing its’ newly found Freedom when Grandmaster Hwang Kee founded the School of Moo Duk Kwan in Seoul.

From the Sixties onwards, certain expatriated students contribute to making Soo Bahk Do known worldwide: today, its’ presence is accounted in over 30 Countries. In France, its’ import was due to Brothers Choï Eui-Jeong and Choï Eui-Sun.

 

 

 

Repost 0
Published by Dodeline - dans Généralités
commenter cet article
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 13:09
 

Conformément aux principes énoncés, les pratiquants s'entraînent tous niveaux confondus, afin de favoriser l'entraide. Cependant, chacun suit un curriculum bien défini selon son niveau et doit atteindre les exigences requises. 

En ce qui concerne l'apprentissage des techniques, l'accent est mis sur : 

- Le renforcement et l'assouplissement du corps. C'est la condition sine qua non pour que les mouvements soient correctement exécutés et que le pratiquant prenne plaisir à les faire.  

- Le travail du souffle. Seule une respiration rythmée et consciente d'elle-même permet l'efficacité du mouvement.

- La maîtrise de la concentration. C'est elle, bien plus que la force, qui donne leur intensité aux techniques.

 

Repost 0
Published by Dodeline - dans Généralités
commenter cet article