Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

_________________

SOO BAHK DO - Moo Duk Kwan










Recherche

 

 Bienvenue sur le blog Shiwol do-jang !


Shiwol do-jang est un espace mental construit en France à partir de la pratique de l'art martial Soo Bahk Do -Moo Duk Kwan. 
Le Soo Bahk Do est un art martial coréen, façonné par la culture et la tradition coréennes. Si certaines de ses techniques remontent à plusieurs centaines d'années, l'art dans sa forme moderne naît en 1945. La Corée recouvre tout juste sa liberté après 30 ans d'occupation japonaise lorsque Hwang Kee fonde son école Moo Duk Kwan à Séoul, d'où est issu le Soo Bahk Do.

blogfev09-001.jpg


La pratique du Soo Bahk Do repose sur les principes de respect du vivant ("hwal" en coréen) et d'harmonie nécessaire entre l'humain et la nature. Sont également considérées comme fondamentales la cohésion du groupe et la solidarité. Enfin, comme le veut l'empreinte confucéenne, la relation entre l'enseignant et l'élève étudiant est considérée comme étant de la plus haute valeur. On trouvera aussi toutes sortes de textes, réflexions, digressions comme autant de petites sentiers cheminant dans l'art martial et au-delà.

Articles Récents

1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 08:31

Par Capitaine Kung Fu


Comment réussir la prise du dragon (dojo des têtes à claques):
http://www.tetesaclaques.tv/capitaine_kung_fu_vid46

Comment acquérir la concentration du dragon :

http://www.tetesaclaques.tv/capitaine_kung_fu_2_vid551


Merci à Kat woman pour le filon

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 22:23

jarredkickweb1

 

Jared Rosenthal Sa Bom Nim du do-jang Oregon Moo Duk Kwan, USA.

 

On voit ici très clairement le mouvement parallèle, de la ligne main-bras-épaule et de la jambe qui donne le coup de pied. Et une jolie curiosité, qu'il faut bien nommer une audace : la main avant est tournée vers le sol.

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 18:22

Retour sur notre "phénoménologie" du pitchagi.

 

Sur quasiment toutes les photos de pitchagi, vous ne verrez aujourd'hui, en plus du mouvement de jambe, que des mains ouvertes (cf les photos précédentes). C'est tellement admis, qu'on ne se demande pas pourquoi : il doit en être ainsi, d'abord et surtout parce que Kwan Jang Nim lui-même le montre ainsi.

Mais, il faut savoir que ça n'a pas été toujours ainsi. Par exemple ci-dessous. Cette photo date de 1978 (la même année que les propos que nous avons reproduits très récemment, dans l'article  La supériorité  de la défensive)

 

BB 1978-11 Cov

 

Ici, pas de main ouverte. Le coup de pied est présenté dans sa dimension dynamique, dans son application possible. Que le main soit sur la gachette ou dans la poche, ce n'est pas là l'essentiel.

 

Six ans plus tard, en 1984, revoici notre pitchagi.

newBBcoverHwang

 

Il n'est plus question d'application combat, il n'y a pas d'adversaire apparent. C'est une photo dénuée d'agressivité, comme si la vocation défensive du Soo Bahk Do, dont il était question en 1978 , dans l'entretien de Black Belt, devait devenir visible. C'est cette photo qui fut choisie pour être emblématique du Soo Bahk Do aux Etats-Unis, d'abord puis ailleurs dans le monde.OfficialSooBahkDo med

 

 

Mais revenons à la position des mains. La position de la main avant, celle qui se voit lorsqu'on observe le pitchagi de devant, est presque parallèle à la jambe. C'est comme si la main donnait la direction au pied. D'autre part, on note que la main est à hauteur du visage.

 

Si l'on compare avec le "pitchagi du 21ème siècle", on observe tendanciellement :

- que la main est descendue (au niveau moyen, celui du plexus solaire et non plus au niveau haut, celui du visage).

- le bol du pied tend à être encore davantage projeté latéralement. C'est ici bien visible chez Diego Salinas Sa Bom Nim, mais aussi par exemple chez Kim Yoo-Oeb Sa Bom Nim qui -enseigne à Daegu, en Corée-. Ce qui pourrait amener à un changement de cible : ce n'est plus le menton de l'adversaire mais bien plutôt, et de manière univoque, sa tempe.

 

34149 1399880810249 1629165815 962845 5655327 n

 

On peut alors se poser la question suivante : y a-t-il quelque chose à interpréter dans le fait que la main s'ouvre d'une part, mais aussi qu'elle "descende" ?

1) La main qui s'ouvre fait que le coup de pied "s'immobilise". Ce qu'on voit, c'est la posture, c'est-à-dire le rapport des parties du corps entre elles, les rapports de lignes.


C'est ce rapport des lignes entre elles qui dessine la forme du coup de pied et qui donne sa dimension proprement esthétique au mouvement. On devra entendre "esthétique" dans toute la force de ses significations.

 

(à suivre)

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 21:33

64692 166568590024052 100000127376692 588963 1412341 n

Lee Dong Kyu Sa Bom Nim, Corée.

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 10:20

188807 1588474187193 1095968644 31280170 6047301 n

 

 

...Pour attester de ce que nous disions dans notre article précédent sur l'importance de la casse dans l'école Moo Duk Kwan coréenne.

Ici, Maître Nah Seongkyun, dans sa prime jeunesse -il est encore jeune mais un peu moins-.

Eedan Pitchagi est sa spécialité, et il n'y a que lui qui ait cette légèreté, cette hauteur ,et cette efficacité dans la technique.

Il a certes fait des adeptes, directs ou indirects -c'est la grande question de la circulation des techniques- du côté de Diego Salinas Sa Bom Nim, l'argentin qui enseigne en Espagne - et Frank Tsai, qui enseigne à Handol, Connecticut, USA et assiste Maître Choi.

 

26831 1332420403781 1629165815 807456 6761106 n

Diego Salinas Sa Bom Nim

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 12:22

Revenons à nos moutons, ou plutôt à notre agneau pascal, le pitchagi.

Nous tentions de convaincre nos lecteurs de sa malignité au sens où c'est la technique par excellence dont la feinte est contenue dans son exécution même.


Pour le décrire, on devrait commencer par dire que sa trajectoire part de l'intérieur, pour s'achever sur un plan de frappe à l'extérieur ("intérieur et extérieur de quoi?" se demandera le béotien pas benêt ? Intérieur et extérieur en référence au centre de gravité du corps ou Dan Jon)

Le pitchagi du Soo Bahk Do se donne avec le bol du pied, et c'est à notre connaissance la seule discipline qui le pratique de cette façon (le Taekkyon, ou le Viet vo dao par exemple l'utilisent avec pour surface de frappe le dessus du pied).

Dans cette particularité, on peut distinguer :

- la rigueur technique propre au Soo Bahk Do (il est plus difficile de donner avec le bol du pied qu'avec le dessus du pied, c'est une évidence ; si vous n'êtes pas convaincus, essayez, et vous verrez...)

- la dimension percutante du Soo Bahk Do (n'oublions pas que "Bahk" signifie "frapper, percuter"). Cette dimension implique que le moindre coup porté doit être décisif. Si l'on frappe avec le bol, c'est-à-dire une surface dure, l'effet du coup de pied a des chances d'être plus cruel, destructeur, ou encore, plus "efficace" en termes de dégâts causés.

- L'utilisation du bol du pied, une surface dure, désigne immédiatement la possibilité de pratiquer le pitchagi comme un coup de pied de casse (Kiok Pa). Cette dimension est importante dans l'école Moo Duk Kwan : on sait qu'elle s'est spécialisée assez tôt, en Corée, dans les démonstrations de casse. A l'époque, cela devait correspondre à une démonstration de courage, de détermination, de dépassement de ses limites et plus globalement d'affirmation de soi, après les années de dévastation due à l'occupation japonaise. Si bien qu'aujourd'hui encore, une démonstration de Soo Bahk Do sans casse serait presque inimaginable en Corée, ou alors signe d'un affaiblissemnt des valeurs de l'école.

 

masters-action

Maître Choi Eui-Sun en pitchagi, sous sa forme "classique" : le coup de pied est plus vertical que latéral*


 

Mais allez-vous me demander : que font les mains pendant le pitchagi ? Et vous aurez raison car la question est fort intéressante, notamment de par sa dimension historique.

 

(A suivre)

 

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 07:06

Pour creuser l'hypothèse :

 

Le pitchagi est un coup de pied "malin", qui va assez bien avec la dimension ludique du taekyon, d'où cette l'idée que les pratiquants de taekyon l'auraient inventé (cf commentaire précédent sucité par Yotchol).

Malin, il l'est car sa trajectoire n'est pas linéaire (contrairement au coup de pied de face par exemple). Le principe d'exécution du coup de pied est de faire croire à une trajectoire linéaire (selon les  époques, faire croire en préparation à un coup de pied de face, ou de manière plus contemporaine, à un coup de pied de côté yopodo chagi).

Le pitchagi est donc trompeur par essence, c'est quelque chose qu'on a tendance à oublier, pour ne penser qu'à l'aspect technique, difficile il est vrai : engager la hanche d'un côté et changer de direction, la faire "sortir" de l'autre côté. Cette difficulté technique, c'est-à-dire en fait cette exigeance physique, ne doit pas nous faire oublier que la technique n'est jamais muette, mais toujours e xpressive.

 

 

pitchagi 4611

 

 


 

(à suivre)

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 12:28

Voici quelques extraits, mis en ligne sur Youtube, du DVD "ceinture blanche" publié par la Fédération américaine :

 

 

Techniques de jambe (par Maître Kenyon)

 

Techniques de main (par Maître Kenyon)

 

Hyung (Formes, par le Grand-Maître H.C Hwang)

 

Kicho Hyung Il bo (Forme n°1)

 

Kicho Hyung Ee Bu (Forme n°2)

 

Kicho Hyung Sam Bu (Forme n°3)

 

Il soo sik (techniques en face à face à un pas)

n°1 et 2

 

 

Ho sin sool (self-défense)

(de n°1 à 4)

 

 

NB : Ces enregistrements vidéo sont des aides-mémoire. En aucune façon ils ne peuvent se substituer à l'entraînement régulier des élèves et à leur travail.

Repost 0
Published by Dodeline - dans Technique-Ki sool
commenter cet article